Handicapés : « La précarité demeure » (3/09/13 Presse de la Manche)

PM 130903

AUGMENTATION DE L’AAH DE 1,75% : LA PRECARITE DEMEURE !

L’Association des paralysés de France (APF) tient à exprimer sa vive déception suite à l’annonce de Marie-Arlette Carlotti, Ministre déléguée en charge des personnes handicapées, de revaloriser l’allocation adulte handicapé (AAH) de 1,75% au 1er septembre 2013 [1]. Cette légère augmentation porte le montant de l’AAH à 790,18€ par mois, toujours largement sous le seuil de pauvreté !

Après une augmentation de 25% durant le précédent quinquennat, cette très légère et unique progression pour 2013 ne constitue pas une augmentation concrète du pouvoir d’achat des personnes en situation de handicap ou malades ne pouvant pas ou plus travailler. En effet, l’inflation de 1,1% [2] et les nombreux autres frais supplémentaires – forfait hospitalier, franchises médicales, fiscalisation des indemnités accident du travail, déremboursement de certains médicaments, hausse du coût des mutuelles – sont largement absorbés par cette hausse de 1,75%.

Par ailleurs, l’APF regrette que le sujet des ressources des personnes en situation de handicap (AAH mais aussi pensions d’invalidité et rentes versées à des personnes en situation de handicap), après avoir été passé sous silence lors de la Conférence nationale de lutte contre la pauvreté en décembre 2012, ne soit ni dans l’agenda du président de la République et du gouvernement, ni inscrit au programme du Comité interministériel du handicap à venir.

Ainsi, l’APF demande avec force au gouvernement de prendre en compte cette question dans le cadre de la loi de finances 2014 afin d’apporter une réponse durable aux personnes en situation de handicap ou malades vivant sous le seuil de pauvreté !

Aujourd’hui, malgré plusieurs mobilisations nationales avec le collectif « Ni pauvre, ni soumis », deux millions de personnes en situation de handicap ou atteintes de maladie invalidante vivent toujours largement sous le seuil de pauvreté.

En maintenant ces personnes sous le seuil de pauvreté, le gouvernement cautionne une « double peine » : être en situation de handicap et/ou de maladie, c’est aussi vivre toute sa vie dans une situation de grande précarité !

Cette faible augmentation de l’AAH – la seule de l’année – ne saurait en aucun cas être une réponse suffisante à la précarité des personnes en situation de handicap.

D’autant que cette précarité concerne aussi de nombreuses personnes bénéficiaires de rentes et pensions d’invalidité.

L’APF revendique, depuis de nombreuses années, la création d’un revenu au moins égal au montant du SMIC brut et soumis à cotisations pour toutes les personnes en situation de handicap ou atteintes de maladie invalidante ne pouvant pas ou plus travailler. Ce revenu doit être indépendant des ressources du conjoint, du concubin, de la personne avec laquelle un pacte civil de solidarité a été conclu, ou encore des personnes vivant sous le même toit, et ce, quel que soit le lieu de vie (domicile propre, établissement, chez un tiers).

L’APF demande donc au gouvernement de s’engager à inscrire cette question dans le cadre de la loi de finances 2014 et d’apporter une solution durable au problème de précarité des personnes en situation de handicap ou malades ne pouvant pas ou plus travailler.


L’Association des Paralysés de France

M. Frédérik Lequilbec
Représentant Départemental de la Manche

Université de Caen Basse-Normandie : Le guide d’accueil de l’étudiant en situation de handicap est disponible

1236572_584819774903084_403916504_n

Le guide d’accueil de l’étudiant en situation de handicap est disponible.

Le relais handicap santé de la Direction des Études et de la Vie Étudiante (DEVE) édite chaque  année un guide destiné aux étudiants en situation de handicap.

C’est un outil pratique : les étudiants peuvent trouver de nombreuses informations sur les structures qui leurs sont dédiées et sur les démarches à effectuer pour demander des aménagements de leurs conditions d’examens ou de scolarité.

Vous pouvez le télécharger ici => http://webetu.unicaen.fr/vie-etudiante/sante-social-handicap/relais-handicap-sante/

Faible progression du nombre de fonctionnaires handicapés

handicap-1v

La fonction publique faisait travailler 4,39 % d’agents handicapés en 2012, selon les chiffres du Fonds d’insertion pour les personnes handicapées dans la fonction publique. Une progression de 0,17 % par rapport à 2011, mais toujours en deçà du seuil de 6 % fixé par la loi.

Quelque 196 540 agents publics en situation de handicap exerçaient au sein de la fonction publique en 2012. Soit 4,39 % des effectifs du secteur public, ce qui représente une faible progression de 0,17 % par rapport à 2011, à en croire les chiffres publiés le 5 juillet par le Fonds d’insertion pour les personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP).

Dans le détail, la fonction publique territoriale (5,32 %, en hausse de 0,22 %) devance l’hospitalière (5,10 %, en hausse 0,11 %) et l’État (3,33 %, en hausse de 0,02 %). Des chiffres qui restent inférieurs au seuil de 6 % fixé par la loi, mais sont supérieurs à ceux secteur privé, où l’emploi des salariés en situation de handicap ne dépasse pas 3 %.

La MAP mieux que la RGPP ?

Le FIPHFP, instauré par la loi de 2005 sur le handicap, met en œuvre une politique publique destinée à promouvoir l’insertion professionnelle et le maintien dans l’emploi des personnes handicapées dans les trois fonctions publiques. Ce Fonds multiplie les actions : aménagement de postes, accessibilité des locaux, formations, etc. Elles sont financées par les indemnités versées par les employeurs publics qui ne respectent pas le seuil de 6 %. Ainsi, le FIPHFP a financé à hauteur de 127 millions d’euros d’initiatives en 2012.

La personne en situation de handicap n’a pas besoin de compassion, rappelle le nouveau président du FIPHFP, André Montané, mais de compensation.” Il promet que le Fonds s’emploiera dans les prochains mois à “amplifier son action auprès des employeurs publics” et à devenir “une référence en matière d’accompagnement et de solutions innovantes dans le domaine de l’inclusion socioprofessionnelle”.

Un optimisme affiché qui reste encore à traduire au niveau de la fonction publique d’État, alors même que tous les ministères ont signé des conventions avec le FIPHFP. L’insertion des personnels handicapés aurait souffert des suppressions de postes liées à la Révision générale des politiques publiques (RGPP). La Modernisation de l’action publique (MAP) fera-t-elle mieux ?

Sylvain Henry

Source : http://www.acteurspublics.com/2013/07/08/faible-progression-du-nombre-de-fonctionnaires-handicapes

Découverte de l’activité des entreprises adaptées de l’APF

Stationnement, rendons leur place aux personnes handicapées

80 ans d’action !

Handicap : Les adhérents de l’APF dénoncent la politique actuelle qui les considère comme des citoyens de seconde zone !

Communiqué du 1er juillet 2013

Réunis en Assemblée générale le 29 juin à Chartres, les adhérents de l’APF ont dénoncé samedi le manque de réelles mesures et l’absence d’implication du président de la République et du gouvernement sur la politique du handicap.

De l’accessibilité à la citoyenneté en passant par les services d’aide à domicile et la solidarité, ils ont adopté quatre motions ambitieuses et nécessaires exprimant les fortes attentes des personnes en situation de handicap.

En effet, plus d’un an après l’arrivée de François Hollande et de son gouvernement, force est de constater qu’il n’y a toujours pas de réelle politique du handicap ! Les quelques mesures à destination de publics ciblés ne constituent en rien une avancée concrète au regard de toutes les difficultés quotidiennes des personnes en situation de handicap et de leur famille. Depuis un an, le gouvernement renvoie l’APF au Comité interministériel du handicap pour avoir des réponses précises. Or celui-ci, prévu en juin, a été reporté à juillet puis à septembre !

Aujourd’hui, avec leurs motions, les adhérents de l’APF dénoncent la politique actuelle qui les considère comme des citoyens de seconde zone. Et ils fixent leur feuille de route au président de la République et au gouvernement !

Attaques en règle contre les normes pour une France accessible ; décrochage des ressources des personnes (AAH, pensions d’invalidité…) par rapport au SMIC et accroissement de la précarité ; exclusion de l’accès à la CMU-C à quelques euros près ; ignorance de la problématique des surcoûts liés au handicap ; augmentation du taux de chômage ; frilosité sur la formation des enseignants dans l’accompagnement des élèves ; inégalité de traitement sur le territoire en matière d’aide à domicile… la liste des manquements du gouvernement est longue !

 Pour les adhérents de l’APF :

> Accessibilité : l’échéance de 2015 n’est pas contournable !

> La solidarité nationale n’est pas la charité !

> Services d’aide à domicile : cri d’alarme sur la situation des personnes 

> La citoyenneté et la participation sociale ne sont pas négociables !

M. Frédérik Lequilbec
Représentant Départemental de la Manche
APF – Association des Paralysés de France